Salut & Fraternité

Le trimestriel de la laïcité en Province de Liège

  • Catherine Maréchal
    directrice adjointe en charge des actions provinciales

25 000 visiteurs à la découverte des Zoos humains

Présen­tée pour la première fois en Belgique, l’exposition Zoos humains. L’invention du sauvage créée à l’initiative de la Fonda­tion Lilian Thuram et du Groupe de recherche Achac a accueilli près de 25 000 visi­teurs à La Cité Miroir. Initia­le­ment prévue de septembre à décembre 2016, elle a été prolon­gée jusque fin février 2017.

À travers le phéno­mène des zoos humains, le public a pu appré­hen­der comment se sont instal­lés les préju­gés racistes au temps des grands empires colo­niaux. Les nombreuses visites animées (plus de 200) ont permis à un public très diver­si­fié de prendre conscience des méca­nismes qui amènent à la construc­tion du racisme.

En propo­sant de sensi­bi­li­ser à cette théma­tique, le Centre d’Action Laïque de la Province de Liège et l’asbl Mnema ont mis en lumière une réalité histo­rique permet­tant une réflexion sur notre héri­tage intel­lec­tuel : l’Histoire nous a en effet condi­tion­nés, de géné­ra­tion en géné­ra­tion, à nous voir avant tout comme Noirs, Blancs ou Magh­ré­bins. Les visi­teurs ont pu prendre conscience de cette réalité et ils possèdent désor­mais des clés supplé­men­taires pour décons­truire leurs idées précon­çues et appré­hen­der diffé­rem­ment le monde aujourd’hui.

L’artiste Toma Muteba Lutum­bule présente ses oeuvres lors de l’inauguration de Labyrinthe-Fétiches.

Autour de cette expo­si­tion, épin­glons la projec­tion du film-docu­men­taire belge Boma Tervu­ren, le voyage suivie d’un échange animé entre experts et spec­ta­teurs. Maintes fois primé, ce film retrace l’épopée extra­or­di­naire de Congo­lais amenés à l’exposition univer­selle de Bruxelles en 1897 et exhi­bés devant un million de visi­teurs. L’exposition Laby­rinthe-Fétiches de Toma Muteba Luntum­bue, conçue à partir des collec­tions afri­caines de l’Université de Liège, a égale­ment alimenté la théma­tique. L’artiste enten­dait montrer combien la présence muséale des objets afri­cains et leur arti­fi­ca­tion les a défi­ni­ti­ve­ment privés de leur iden­tité cultu­relle et de leur appar­te­nance struc­tu­relle initiale.

Un échange fort inté­res­sant à la suite du docu­men­taire Boma Tervue­ren animé par Pascal Blanchard.

En propo­sant de sensi­bi­li­ser à cette théma­tique, le Centre d’Action Laïque de la Province de Liège et l’asbl Mnema ont mis en lumière une réalité histo­rique permet­tant une réflexion sur notre héri­tage intel­lec­tuel : l’Histoire nous a en effet condi­tion­nés, de géné­ra­tion en géné­ra­tion, à nous voir avant tout comme Noirs, Blancs ou Magh­ré­bins. Les visi­teurs ont pu prendre conscience de cette réalité et ils possèdent désor­mais des clés supplé­men­taires pour décons­truire leurs idées précon­çues et appré­hen­der diffé­rem­ment le monde aujourd’hui.

< Retour au sommaire