Salut & Fraternité

Le trimestriel de la laïcité en Province de Liège

  • Colette Mertens
    coordinatrice au service Animations locales de Seraing

Petites et grandes mains à l’œuvre pour les Fieris Féeries

Le dimanche 4 octobre prochain, plusieurs centaines de Séré­siens défi­le­ront, soute­nus par une centaine d’artistes profes­sion­nels, pour repré­sen­ter les richesses de Seraing dans un centre-ville en pleine muta­tion. Afin de présen­ter un spec­tacle haut en couleur, les appren­tis comé­diens sont déjà à l’œuvre depuis plusieurs semaines : troupes de danse, classes de l’enseignement primaire ou secon­daire, ateliers, groupes folk­lo­riques, personnes handi­ca­pées et leurs éduca­teurs s’activent autour de ce magni­fique projet commun.


Pour chacun de ces groupes, l’aventure a démarré par une rencontre avec Delphine Bougard, direc­trice artis­tique du spec­tacle, et les anima­teurs du Centre d’Action Laïque de la Province de Liège. À l’issue de cette première entre­vue, le rôle du groupe dans la parade a été déter­miné et la phase de mise en action a pu commen­cer.

À l’Institut Provin­cial d’Enseignement Secon­daire (IPES), par exemple, les élèves de 1re de l’implantation d’Ougrée ont investi le thème des pois­sons de la Meuse lors de jour­nées de travail avec le Magic Land Théâtre : confec­tion de masques de pois­sons en latex à partir de casques de vélo, d’un serpent de mer de 8 m de long, de tenues de petits marins, etc. Certains se sont d’ailleurs décou­vert du talent pour la couture ! À Jemeppe, des habi­tants sont deve­nus des experts de la célèbre Mare aux Joncs : décou­verte du lieu avec un guide nature et exposé sur les grenouilles pour ensuite passer à la réali­sa­tion de robes et acces­soires, etc. Une styliste qui s’ignorait, une péda­gogue insoup­çon­née, une paro­lière trans­po­sant les Champs-Élysées aux Fieris Féeries : voici quelques surprises que nous ont révé­lées ces ateliers. Dans le quar­tier du Pairay, les enfants de l’école de devoirs Graines de Génie ont, avec l’asbl Cancre­note, créé une fanfare d’instruments inso­lites et appris à répé­ter l’hymne des Fieris Féeries. Ils ont aussi visité la Maison de la Pata­pho­nie de Dinant, et se sont aper­çus que le proces­sus créa­tif qui a guidé les pata­phy­si­ciens est somme toute très simi­laire à leur propre expé­rience. À l’école fonda­men­tale des Taillis, l’équipe éduca­tive, soute­nue par des parents, a beau­coup travaillé avec les enfants : nombreuses visites de la région, brico­lages ou encore un stage sur le thème du Génie Indus­triel pour prépa­rer les plus grands élèves à défi­ler. Dans notre local d’animation du quar­tier du Moli­nay, des habi­tants, inspi­rés par Fieri Cris­tal et ses innom­brables reflets, réalisent des valises mettant en scène les iden­ti­tés cultu­relles de chacun, démon­trant par cette mise en scène l’étendue du vivre-ensemble séré­sien.

Cette émula­tion autour des Fieris Féeries a aussi été marquée par des lectures contées dans les classes avec les biblio­thé­caires de la Ville de Seraing, des ateliers de réali­sa­tion de fleurs en tissu avec des rési­dents de maisons de repos ou encore des ateliers de tricot urbain. Tous ont fait part de leur plai­sir et de leur enthou­siasme à être inscrits concrè­te­ment dans une dyna­mique posi­tive. Enfin, cerise sur le gâteau, les ateliers prépa­ra­toires ont été large­ment couverts par le King Club Photo de Seraing, dont les clichés avaient déjà remporté un vif succès lors de la première parade.