Salut & Fraternité

Le trimestriel de la laïcité en Province de Liège

  • Hervé Parmentier
    Hervé Parmentier
    directeur de la communication et de la cellule Europe et International du Centre d’Action Laïque

La laïcité pour réenchanter le monde

À bien des égards, notre société appa­raît aujourd’hui en crise, marquée par la remise en cause des liber­tés, de l’égalité et de la soli­da­rité. De fait, le constat est déso­lant, chez nous comme ailleurs.

La perti­nence des textes fonda­men­taux en matière de droits humains est contes­tée. Les régimes démo­cra­tiques s’affaiblissent sous les coups de boutoir des popu­listes et extré­mistes de tous bords. Les corps inter­mé­diaires entre l’État et les citoyens comme les syndi­cats ou les orga­ni­sa­tions de la société civile, sont de plus en plus souvent démo­né­ti­sés alors qu’ils forment autant de contre-pouvoirs néces­saires à la démo­cra­tie. Une forme de rela­ti­visme s’installe, ouvrant la voie aux fake news et aux discours les plus abjects, pola­ri­sant toujours davan­tage la société. Les pouvoirs publics semblent peiner à penser l’avenir à long terme face à des enjeux complexes tels que le chan­ge­ment clima­tique ou les ques­tions migra­toires. Les inéga­li­tés augmentent forte­ment dans le même temps que croît un discours anti-pauvres, lesquels seraient les seuls respon­sables de leur propre sort. Les logiques finan­cières prennent trop souvent le pas sur la dimen­sion humaine. On assiste à un retour décom­plexé de dogma­tismes reli­gieux, entraî­nant un certain nombre de consé­quences néfastes pour la dignité des indi­vi­dus et leur droit à poser leurs propres choix.

Que ce soit en Belgique, en Europe ou ailleurs dans le monde, la laïcité en ce qu’elle vise à construire une société plus libre, plus juste et plus frater­nelle offre une véri­table alter­na­tive, suscep­tible de réen­chan­ter des socié­tés large­ment frac­tu­rées. Le Centre d’Action Laïque s’est attelé à décli­ner l’alternative laïque dans quatre mémo­ran­dums desti­nés, dans la pers­pec­tive des élec­tions du 26 mai prochain, à inter­pel­ler les partis poli­tiques et susci­ter le débat1.

La laïcité offre une véri­table alter­na­tive suscep­tible de réen­chan­ter des socié­tés large­ment frac­tu­rées. © Mario Puri­sic – unsplash​.org

Comme le rappellent les statuts récem­ment revus du Centre d’Action Laïque, la laïcité est un prin­cipe huma­niste qui fonde le régime des liber­tés et des droits humains sur l’impartialité du pouvoir civil et démo­cra­tique dégagé de toute ingé­rence reli­gieuse. La laïcité est donc l’aspiration à une société fondée sur le respect des droits et liber­tés fonda­men­tales au premier rang desquelles la liberté de penser, la liberté d’expression, la liberté de conscience et la liberté de reli­gion. Parce qu’elle auto­rise le débat dans le respect absolu des personnes, la laïcité fait place à la liberté et à la diver­sité et permet à chacun d’être libre ensemble, acteur d’un huma­nisme univer­sa­liste.

On le voit, la laïcité est un projet poli­tique, compo­sante aussi essen­tielle à notre démo­cra­tie que le sont les droits fonda­men­taux ou la notion d’État de droit. Plus même, elle en est une condi­tion car elle seule garan­tit à toutes et tous l’autonomie de leur choix et la dignité humaine. Être libres ensemble, c’est privi­lé­gier l’union à la divi­sion et permettre la liberté et la soli­da­rité plutôt que la loi du plus fort.
Huma­nistes, nous consi­dé­rons que l’Homme doit être au centre des préoc­cu­pa­tions et que la dignité humaine ne peut être réduite au profit d’autres inté­rêts.

Nous postu­lons la liberté, pour soi-même et pour les autres comme valeur première. Elle permet l’autonomie des choix, posés en pleine liberté de conscience et déga­gés de toute influence reli­gieuse. Et nous reven­di­quons le libre-examen comme outil de notre éman­ci­pa­tion collec­tive et indi­vi­duelle.

On le voit, la laïcité est un projet poli­tique, compo­sante aussi essen­tielle à notre démo­cra­tie que le sont les droits fonda­men­taux ou la notion d’état de droit. (…)

Nous postu­lons égale­ment qu’il n’y a pas de laïcité sans idéal d’égalité. L’égalité garan­tit les mêmes droits à chaque citoyen quelles que soient ses origines ou ses convic­tions. Elle est aussi garante de l’égale dignité des personnes. La laïcité implique donc un combat pour l’égalité dans toutes ses dimen­sions et son corol­laire, la lutte contre les discri­mi­na­tions.

C’est aussi la raison pour laquelle la laïcité est soli­da­rité. Il ne suffit pas de procla­mer l’égalité pour qu’elle se réalise : trop d’êtres humains vivent dans des condi­tions qui ne sont tout simple­ment pas dignes et il est illu­soire de s’imaginer l’émancipation de toutes et tous dans de telles condi­tions. La justice sociale et la dignité humaine figurent parmi les exigences laïques.

Puissent les élec­tions prochaines être l’occasion de mieux faire connaître l’alternative enthou­sias­mante que repré­sente le projet laïque de société. Puissent les mili­tants de la laïcité se faire les porte-voix convain­cants de notre aspi­ra­tion à être libres ensemble.


  1. Les propo­si­tions du Centre d’Action Laïque pour les prochaines légis­la­tures régio­nale, commu­nau­taire, fédé­rale et euro­péenne peuvent être consul­tées ici.