Salut & Fraternité

Le trimestriel de la laïcité en Province de Liège

  • Cécile Parthoens
    directrice adjointe au Centre d’Action Laïque de la Province de Liège

Les Fieris Féeries, tellement plus qu’un spectacle de rue

Le 5 octobre 2013, au cœur de la Vallée séré­sienne, ils vont se réveiller et se mettre en mouve­ment pour le plai­sir des petits et des grands, pour la fierté de toute une ville. « ILS », ce sont les Fieris, person­nages imagi­naires emblé­ma­tiques des éléments fonda­teurs de Seraing : la Meuse, la nature, le cris­tal et l'industrie. Accom­pa­gnés d'une cour de plus de 700 déam­bu­lants, ils sillon­ne­ront le centre de la ville pour une démons­tra­tion des 1001 richesses séré­siennes souvent injus­te­ment occul­tées par un nuage de pous­sière et de déshé­rence indus­trielle.

Mais ne nous y trom­pons pas, cet évène­ment n'est pas un simple diver­tis­se­ment. Les Fieris Féeries partent d'un proces­sus lent et inclu­sif de dyna­mique urbaine. Saisis­sant l'opportunité que consti­tue le contexte de recon­ver­sion écono­mique de la ville de Seraing, le Centre d'Action Laïque de la Province de Liège et le Centre cultu­rel de Seraing portent cet ambi­tieux projet à bout de bras, gageant que sa construc­tion collec­tive impul­sera les prémices d'un véri­table boule­ver­se­ment dans les rapports sociaux à l'échelle du terri­toire …

De nombreux centres de recherche de par le monde – citons : Cosmo­po­lis (Belgique), CAIRN (France), CIRDEP (Canada) – constatent que la mondia­li­sa­tion tant de l'économie que de la commu­ni­ca­tion et de l'information, a pour effet de dimi­nuer le pouvoir des états sur les déci­sions écono­miques ainsi que leur capa­cité à construire une iden­tité pour leurs conci­toyens.

Dans ce système globa­lisé surdi­men­sionné pour les femmes et les hommes, ces obser­va­teurs dési­gnent de plus en plus la ville comme l'entité désor­mais la plus perti­nente pour donner sens aux ques­tions collec­tives. « Plus réac­tive et plus créa­tive que les machines étatiques, elle peut être un cadre propice à l'éclosion d'initiatives permet­tant l'invention de nouveaux rapports écono­miques, de nouveaux rapports sociaux. » (OCDE, 2004)

Mais encore faut-il que la ville puisse se donner les moyens de son projet et que ses citoyens et citoyennes soient en grande majo­rité en capa­cité d'investir les dyna­miques d'innovations tant sociales qu'économiques. Les collec­ti­vi­tés qui auront l'audace de révé­ler, mutua­li­ser et déve­lop­per les richesses intrin­sèques de chacun de leurs conci­toyens se donne­ront les meilleures chances de parti­ci­per à cette nouvelle écono­mie.
Toujours selon l'OCDE, « les carac­té­ris­tiques et le dyna­misme éduca­tif et cultu­rel d'une ville deviennent même un de ses prin­ci­paux atouts sur la scène conti­nen­tale ou mondiale. »

Engagé de longue date sur les ques­tions d'égalité et de justice sociale, comme d'autres, le Centre d'Action Laïque de la Province de Liège doit malheu­reu­se­ment tirer la sonnette d'alarme face aux dyna­miques d'exclusion de plus en plus prégnantes dans notre société. Il pointe parti­cu­liè­re­ment un système d'enseignement dont une des carac­té­ris­tiques la plus marquante est la repro­duc­tion du déter­mi­nisme social condam­nant à l'échec une part impor­tante de la popu­la­tion en marge de la culture domi­nante, privant ainsi la société belge d'un nombre consi­dé­rable d'intelligences.

Voici donc l'ambition des Fieris Féeries : contri­buer avec créa­ti­vité à l'identification, à la mutua­li­sa­tion et au déve­lop­pe­ment des savoirs et savoir-faire de la popu­la­tion séré­sienne dans sa diver­sité. Permettre aux Séré­siens de tirer force de leur diver­sité, susci­ter l'audace de colla­bo­ra­tions inno­vantes.

Voici donc l'ambition des Fieris Féeries : contri­buer avec créa­ti­vité à l'identification, à la mutua­li­sa­tion et au déve­lop­pe­ment des savoirs et savoir-faire de la popu­la­tion séré­sienne dans sa diver­sité. Permettre aux Séré­siens de tirer force de leur diver­sité, susci­ter l'audace de colla­bo­ra­tions inno­vantes. Et en cela, favo­ri­ser l'entrée de la ville de Seraing dans une dyna­mique de ville créa­tive et de terri­toire appre­nant au béné­fice du plus grand nombre.

Un projet au cœur de la recon­ver­sion séré­sienne

Au début des années 2000, le Conseil commu­nal de Seraing vote le feu vert de l'élaboration d'un plan de redé­ploie­ment du bassin séré­sien. Appelé « Master Plan », il voit le jour en 2002 et plani­fie des inves­tis­se­ments de grande ampleur. En 2006, il est prévu que le quar­tier du Moli­nay béné­fi­cie des retom­bées de ce travail de redé­ploie­ment écono­mique à long terme.

Les Fieris Féeries sont à la fois objet et prétexte d'une réflexion sur les richesses imma­té­rielles de la ville et leur mise en réseau pour la construc­tion d'un déve­lop­pe­ment terri­to­rial au béné­fice de tous.

Le Centre d'Action Laïque de la Province de Liège, implanté dans le quar­tier depuis 1997 et inquiet de la ghet­toï­sa­tion galo­pante qui le menace, est inter­pellé par cette échéance loin­taine. Convaincu des poten­tia­li­tés du Moli­nay et de ses acteurs pour la construc­tion de l'avenir séré­sien en complé­ment des projets envi­sa­gés dans le Master Plan, il décide d'essayer de faire évoluer la réflexion publique en la complé­tant par un travail de parti­ci­pa­tion à l'échelle du quar­tier. Cette démarche donne nais­sance à l'étude Moli­nay 2017 et à un rapport remis aux auto­ri­tés publiques, dont la récep­tion est réso­lu­ment posi­tive. La satis­fac­tion et l'enrichissement témoi­gnés par un certain nombre d'acteurs d'avoir pu réflé­chir à un projet d'avenir de manière décloi­son­née ont encou­ragé le Centre d'Action Laïque de la Province de Liège à initier un projet cultu­rel à l'échelle de l'ensemble du terri­toire. Les Fieris Féeries sont à la fois objet et prétexte d'une réflexion sur les richesses imma­té­rielles de la ville et leur mise en réseau pour la construc­tion d'un déve­lop­pe­ment terri­to­rial au béné­fice de tous.