Salut & Fraternité

Le trimestriel de la laïcité en Province de Liège

  • Dominique Dauby
    Dominique Dauby
    secrétaire générale des Femmes prévoyantes socialistes

"Notre société est plus laïque qu'elle n'en a l'air"

Domi­nique Dauby est secré­taire géné­rale des Femmes Prévoyantes Socia­listes (FPS) en Province de Liège, un mouve­ment fémi­niste d'éducation perma­nente laïque de gauche fédé­rés au Centre d'Action Laïque de la Province de Liège. Pour les FPS, l'égalité entre les femmes et les hommes s'inscrit dans un combat pour l'égalité des droits écono­miques et sociaux qui implique l'accès à une sécu­rité sociale forte et solidaire.

Salut & Frater­nité : Quel rôle a joué la laïcité dans les combats pour les avan­cées liées au genre, et notam­ment les droits des personnes homosexuelles ?

Domi­nique Dauby : L'apport prin­ci­pal de la laïcité dans les combats liés au genre est certai­ne­ment l'idée que chaque être humain est libre de penser sa vie et que l'État doit garan­tir à chacun/e cette liberté. C'est sur cette base qu'un « front laïque » a gagné la bataille de la dépé­na­li­sa­tion partielle de l'avortement en Belgique. C'est sur cette base que le mouve­ment laïque reven­dique les mêmes droits pour les couples homo­sexuels et hété­ro­sexuels. Je vais peut-être à contre courant d'un certain pessi­misme, mais je pense que notre société est plus laïque qu'elle n'en a l'air : malgré la « pila­ri­sa­tion » de la société belge, le droit à l'avortement, à l'euthanasie, le droit pour les personnes homo­sexuelles de se marier, d'adopter des enfants et de faire appel à la procréa­tion assis­tée sont des réali­tés en Belgique. Ces ques­tions ont donné lieu à de vrais débats, vifs, démocratiques.

(…) malgré la « pila­ri­sa­tion » de la société belge, le droit à l'avortement, à l'euthanasie, le droit pour les personnes homo­sexuelles de se marier, d'adopter des enfants et de faire appel à la procréa­tion assis­tée sont des réali­tés en Belgique. Ces ques­tions ont donné lieu à de vrais débats, vifs, démocratiques.

S&F : Quel regard portez-vous sur la France où le gouver­ne­ment a le projet de voter une loi auto­ri­sant le mariage homosexuel ?

D.D. : Je suis effa­rée. Au pays de la laïcité histo­rique, je ne m'attendais pas à un tel déchaî­ne­ment de passions sur cette ques­tion. Avec sa fameuse « clause de conscience », Fran­çois Hollande a laissé entendre que les droits au mariage pouvaient ne pas être les mêmes pour tout le monde ! Manque de convic­tion ou manque de courage ? Il a fait marche arrière, trop tard.

S&F : Quel rôle la laïcité peut-elle jouer dans la décons­truc­tion des stéréo­types liés au genre ?

D.D. : Elle doit réin­ves­tir l'école : c'est très jeune que l'enfant peut apprendre à penser de manière critique et auto­nome. À condi­tion que soient pris au sérieux l'expression de ses émotions, son besoin de sécu­rité affec­tive. Cette atten­tion parti­cu­lière lui est néces­saire pour oser rencon­trer l'Autre. C'est cet appren­tis­sage de la pensée, la confron­ta­tion des points de vue dans un climat de confiance et de respect qui permet­tra de lutter contre les préju­gés, les peurs, le repli sur soi.

À ce titre, je suis très admi­ra­tive du projet Philo­Cité1 , déve­loppé par l'Université de Liège. Certains ensei­gnants sont déjà formés à l'outil et le mettent en œuvre avec des petits enfants à hauteur de leur voca­bu­laire, de leur percep­tion du monde.

La décons­truc­tion des stéréo­types liés au genre est encore un parent pauvre dans la forma­tion des enseignant/es et les ressources en la matière viennent essen­tiel­le­ment du secteur associatif.

CC-BY-NC-SA Flickr​.com – Pink Sher­bet Photography

S&F : Quels sont les combats que la laïcité doit encore mener ?

D.D. : En matière d'égalité, de liberté, aucun acquis n'est défi­ni­tif et la vigi­lance s'impose. Mais c'est moins la laïcité elle-même qui est mena­cée que le cadre dans lequel elle peut s'exprimer : l'égalité, la liberté, le respect de l'autre et de soi-même ont besoin de soli­da­rité pour se déployer. Or les travailleur/euses sont jetés comme des klee­nex, balan­cés par-dessus les fron­tières …et accu­sés de « profi­ter » du système lorsqu'ils/elles perçoivent des allo­ca­tions de chômage ou une aide sociale. Pointé du doigt, méprisé, comment rester soli­daire ? Quand toute l'énergie est mobi­li­sée pour sauver sa peau, comment construire des liens ? Comme ce fut le cas à d'autres moments de l'histoire, je pense que c'est sur le terrain poli­tique et écono­mique que la laïcité doit aujourd'hui se mobi­li­ser pour préser­ver et/ou conqué­rir la liberté, l'égalité.


  1. Partant du prin­cipe que la philo­so­phie peut deve­nir un outil d'émancipation pour tous, l'ASBL Philo­Cité propose à des publics variés (de 6 à 106 ans) un panel d'activités consa­crées à la pratique de la philo­so­phie : anima­tions, forma­tions réunis­sant philo­sophes et ensei­gnants, ateliers philo, recherches sur la ques­tion, exper­tise critique. Pour plus de rensei­gne­ment : www​.philo​cite​.eu
< Retour au sommaire