Agenda de l'association

Délestage

Spectacle | 24.11.2018 | La Cité Miroir

Délestage

Spectacle | 24.11.2018 | La Cité Miroir

Meilleur seul en scène aux Prix de la Critique 2017–2018

Un jeune Congo­lais sans-papiers est arrêté lors d’un contrôle poli­cier. Suspecté d’être un terro­riste poten­tiel – on est au lende­main des atten­tats de Bruxelles, de Nice – il est inter­rogé par 2 poli­ciers avec lesquels il partage par ailleurs une même passion pour l’EURO 2016 de foot. Mais ce soir-là les Diables Rouges perdent le match contre le Pays de Galles. Il est trans­féré en centre fermé. Là, face à une avocate commise d’office peu moti­vée, il parle de son pays, de ses déles­tages en tous genres, une suite d’anecdotes tantôt poignantes, tantôt hila­rantes que David appelle des "kinoi­se­ries"…

Oscil­lant sans cesse entre stand-up et théâtre, les répliques déferlent tantôt rageuses, tantôt empreintes de mélan­co­lie. Avec en vrac : la Cour pénale de La Haye, les migrants musul­mans en Union Euro­païenne, les déles­tages, le terro­risme, les pasteurs auto-procla­més, les oscars à Holly­wood-bana­nias, à Nolly­wood, au nom du coltan, du coltan et du coltan, le prophète Kinbamgu versus Nyar­kos, le prophète de la sape, la rumba des kalachs et le ndom­bolo-couper-déca­ler des élec­tions libres, démon­cra­tiques et trans-appa­rentes… Les mots de David Ilunga sont congo­lais, ils percutent nos consciences tout en nous arra­chant des rires surpris.

À bien­tôt 30 ans, ce jeune kinois est l’un des auteurs les plus promet­teurs du théâtre congo­lais contem­po­rain. [Trésor Kiban­gula – Jeune Afrique]

Arri­vant à Bruxelles peu après les atten­tats de Mael­beek et de Zaven­tem, y séjour­nant lors de l’attaque de Nice le 14 Juillet, Ilunga a décou­vert le visage euro­péen de la peur…
[Colette Brae­ck­man – Le Soir]

Seul en scène, David-Minor Ilunga campe tous les person­nages à la fois avec une finesse d’interprétation et une célé­rité impres­sion­nantes. [La Libre]

Auteur/comédien : David Minor Ilunga| Metteur en scène : Roland Mahau­den | Lumières : Xavier Lauwers | Scéno­gra­phie : Olivier Wiame | Une co-produc­tion de La Charge du Rhino­cé­ros, Le Théâtre de Poche, Le Tarmac – Scène Inter­na­tio­nale fran­co­phone (Paris), les Récréâ­trales de Ouaga­dou­gou (Burkina Faso) | Avec le soutien de Wallo­nie-Bruxelles Inter­na­tio­nal, la Lote­rie Natio­nale et le Tarmac des Auteurs (Kinshasa) | Photo © Yves Kers­tius

Une program­ma­tion de Laïcité et Huma­nisme en Afrique centrale asbl avec le soutien du Centre d'Action Laïque de la Province de Liège asbl et de MNEMA asbl.

Avec le soutien des Tour­nées Art et Vie