Salut & Fraternité

Le trimestriel de la laïcité en Province de Liège

  • Renaud Erpicum
    Renaud Erpicum
    coordinateur au service Actions locales de Seraing

Ateliers de soutien à la réussite : de beaux progrès en 5 ans

Lancé en 2008 au sein de l'école commu­nale Morchamps dans le quar­tier margi­na­lisé du Moli­nay à Seraing, le projet d'Ateliers de Soutien à la Réus­site a pour objec­tifs de renfor­cer la qualité de l'investissement dans l'enseignement de base au sein du quar­tier et de travailler la mobi­lité psycho­lo­gique et physique des publics vers les offres de forma­tion et de forma­tion conti­nue en dehors du quar­tier et vers des quali­fi­ca­tions ou compé­tences nouvelles1.

L'approche déve­lop­pée dans ce projet se veut la plus simple possible. Elle s'inspire tota­le­ment de procé­dés ayant fait leurs preuves dans d'autres struc­tures et vise à agir effec­ti­ve­ment et direc­te­ment sur le terrain. Pour ce faire, la méthode employée arti­cule une posture de valo­ri­sa­tion de l'enfant avec une approche ludique des situa­tions. En valo­ri­sant, il s'agit de renfor­cer l'estime de soi et par là même, la capa­cité d'un indi­vidu à être un acteur posi­tif de sa propre construc­tion tandis que l'approche ludique permet de créer et de main­te­nir un niveau de moti­va­tion élevé.

Cinq ans après le lance­ment de ce projet, étayé par un impor­tant dispo­si­tif d'évaluation, un certain nombre de constats peuvent être faits.
Les Ateliers de Soutien à la Réus­site répondent à une demande réelle (plus de 800 heures d'animation par an) rela­tive à un enca­dre­ment supplé­men­taire de qualité. La tota­lité de la popu­la­tion scolaire à l'exception des 1res mater­nelles y parti­cipe à divers niveaux d'implication. Il est notable que cette demande émane de l'ensemble du public de l'école et non d'une de ses franges parti­cu­lières, la propor­tion d'enfants de natio­na­lité belge étant sensi­ble­ment (4 % d'écart) la même à l'école et aux Ateliers.

Le travail mené est pluriel : soutien extra­s­co­laire par le biais d'un renfor­ce­ment du nombre d'heures et d'une approche diffé­ren­ciée (tables de conver­sa­tion en mater­nelle, ateliers extra­s­co­laires primaires) ; acti­vi­tés à thèmes (gestion des conflits, genre, lectures-débats…) ; d'ouverture (décou­vertes cultu­relles).

Bien que la plupart des acti­vi­tés soient orga­ni­sées sur base volon­taire, les présences sont excep­tion­nel­le­ment élevées (88.5 % rien que pour les acti­vi­tés où le public n'est pas captif).

Depuis le lance­ment du projet, les enfants ont évolué au gré des diverses anima­tions, certains ont progressé de manière fulgu­rante, d'autres ont demandé un travail étalé sur une période plus longue avant de mani­fes­ter des signes d'évolution posi­tive, d'autres encore, bien plus rares, n'ont pas ou presque pas évolué et ont aban­donné les ateliers. 100% de ces enfants ont, à un moment donné, saisi la main qui leur était tendue. Ils se sont inscrits sur base volon­taire pour travailler plus, pour travailler autre­ment.

L'ensemble de l'équipe éduca­tive a salué le travail des Ateliers de Soutien à la Réus­site et souhaite la recon­duc­tion du projet. Un carnet de bord, témoi­gnage et recueil de pratiques d'apprentissage en milieu margi­na­lisé est en cours de rédac­tion.

Afin de chan­ger notre regard.


  1. Moli­nay 2017, Rapport de la démarche pros­pec­tive, mars 2008.