Pologne : Non aux restrictions de l'avortement

De dange­reuses nouvelles restric­tions de l’avortement Les droits des femmes et des filles sont à nouveau atta­qués en Pologne. La loi polo­naise sur l’avortement est déjà l’une des plus restric­tives d’Europe. En effet, l’avortement n’y est auto­risé qu’en cas de viol ou d’inceste, lorsque le fœtus souffre d’une malfor­ma­tion sévère ou mortelle, ou d’une mala­die incu­rable mettant sa vie en danger, ou lorsque la vie ou la santé de la femme ou de la jeune fille est en danger. Alors que le monde entier a les yeux rivés sur le Covid-19, le Parle­ment polo­nais est en passe de durcir encore plus ces condi­tions déjà dras­tiques. À partir du 15 avril 2020, il doit débattre d’une modi­fi­ca­tion légis­la­tive émanant de l’initiative « Stop avor­te­ment » qui, si elle était adop­tée, renfor­ce­rait les restric­tions à l’accès à l’interruption volon­taire de gros­sesse. Soumise il y a plusieurs années par la Fonda­tion Vie et Famille (Fundacja ycie i Rodzina), un groupe anti-choix, cette propo­si­tion vise à suppri­mer l’un des trois motifs d’avortement auto­ri­sés dans le droit polo­nais, à savoir l’existence de malfor­ma­tions graves ou mortelles du fœtus. Un impact grave sur la santé des femmes Les statis­tiques offi­cielles montrent que la plupart des avor­te­ments légaux en Pologne sont prati­qués pour ce motif. Les recherches menées par Amnesty Inter­na­tio­nal en Irlande, au Salva­dor, au Nica­ra­gua et au Para­guay montrent que dans tous ces pays, les femmes et les jeunes filles paient un lourd tribut aux restric­tions à l’avortement sûr et légal. Elles (…)

Lien vers la péti­tion en ligne

Publié le 30/04/20